dimanche 31 mars 2013

la PORTE de la rue de la porte du Petit Garavet



en sortant du pont

(photo : Bibliothèque francophone multimédia de Limoges)


 Sur le site culture où j'ai trouvé la photo ancienne (et non une carte postale), l'organisme Géoculture limousin a mis des photos réalisés par"J-B Beynié, photographe installé à Brive, avenue de Bordeaux, dont l’activité photographique s’étend de 1878 à 1906 et qui nous offre ici une vue sur la carrière et la commune d’Allassac." (juste pour info je leur ai signalé que les carrières n'étaient pas là!)

Initié par le Centre Régional du Livre en Limousin et porté depuis juin 2011 par l’Agence de valorisation économique et culturelle du Limousin, GéoCulture vise à mettre à la disposition d’un large public des contenus artistiques numériques qui s’inscrivent dans le territoire de la région Limousin.

vendredi 29 mars 2013

Un enfant d'Allassac à l'honneur

Je vous ai parlé à plusieurs reprises(ici et ici) du livre très érudit d'Emmanuel Dufour dont l'ancêtre a été propriétaire du Manoir des Tours.
N'hésitez pas à aller le rencontrer chez Cultura ce samedi de 14 à 17 heures, où il va signer son ouvrage sur Aymar de Foucauld, illustre allassacois.


"Ceci n'est pas - vraiment - de l'auto-pub pour l'auteur ( 8-) ) mais une façon de mettre en valeur (allez ! une fois encore ;-) ) un enfant d'Allassac Plusbellevilledumonde qui s'il avait été notre contemporain aurait été... hier en Afghanistan... et serait aujourd'hui au Mali... Le 5 mai prochain marquera le 150ème anniversaire de sa mort au coeur du lointain Mexique !
Avec ses enfants globe-trotter on peut presque dire qu'Allassac est le centre du Monde et que tous les chemins y ramènent !" 

E Dufour sur le mur de FacebooK d'Allassac Plusbellevilledumonde.

mercredi 27 mars 2013

"la mort est dans le pré" ce jeudi soir à la salle des fêtes d'Allassac



L'association Allassac ONGF vous invite à la projection du film d'Eric Guérèt " La mort est dans le pré",


qui sera suivie d'un débat sur le thème  "pesticides et santé: où en sommes-nous?". 

Cette soirée aura lieu le jeudi 28 mars à 20h30 à la salle des fêtes d'Allassac
(entrée gratuite) et se déroule dans le cadre de "la semaine des alternatives aux pesticides" du 20 au 30 mars 2013.
 
De nombreuses associations du limousin et des professionnels de l'agriculture ont décidé de s'associer à cet évènement.

De même, les représentants des médecins du Limousin à l'origine de l'alerte contre les pesticides seront à nos côtés.





Le débat contre les pesticides prend de l'ampleur.
  Ce matin lors d'un petit déjeuner à l'assemblée nationale, un comité des élus s'est mis en place, composé de politiques de tout bord.

Chantal Jouanno, sénatrice, a souligné qu'il y a 10 ans personne n'aurait pensé qu'on en serait là aujourd'hui avec des signes forts tant la croisade anti pesticides était regardée avec condescendance par beaucoup,
 le fond du débat a changé, on sait de façon scientifique formelle que les perturbateurs endocriniens sont dus aux pesticides.
  et pourtant un apiculteur a rappelé que depuis 17 ans que la profession tire la sonnette d'alarme et se bat toujours pour faire supprimer 3 molécules hyper dangereuses. La chute de la production du miel français en est la conséquence.

Deux témoignages forts de deux agriculteurs, l'un a développé une leucémie sans doute à cause du benzène présent dans les produits mais non inscrit sur la notice (il semblerait que ce soit souvent le cas) et l'autre qui a perdu son fils de 41 ans d'un cancer de la vessie.
 


Le limousin était dignement représenté par le Docteur Pierre-Michel Périnaud, initiateur de la pétition des médecins limousins contre les pesticides.

 Son constat est alarmant et flippant :
  • beaucoup de voyants sanitaires sont au rouge
  • l'extrème diffusion des produits menace la santé des foetus

  •  il faut mettre le paquet sur les alternatives 
- Deux médecins allassacois dont nous pouvons êre fiers ont signé cette pétition : 
  • Dr Jeannette BARRE
  • Dr Jean-LucMOUILLE

De l'avis unanime, il n'y a que les agriculteurs qui peuvent se sortir de cette situation. 

Tout le monde doit aller dans le même sens mais  le monde des chambres d'agriculture et des coopératives a du personnel peu formé vers les nouvelles alternatives (ils en sont restés au si marketing "agriculture conventionnelle") et aurait une trés mauvaise connaissance des systèmes bio.

conclusion : l'élément clé, c'est le paysan lui même.

Une autre piste de plus en plus évoquée : l'engagement des collectivités locales à ne plus utiliser de pesticides, une proposition de loi dans ce sens va être déposée : il semblerait que les terrains de foot et les cimetières soient les plus en cause.
Le sénateur maire de Saint Nolff dans le Morbihan a expliqué comment sa commune appliquait ces principes, elle a d'ailleurs eu cette année le prix de "capitale de la biodiversité".  

"On n'a pas voulu isoler l'argument sanitaire de l'argument environnemental" 
a encore précisé le docteur Périnaud...


Dommage notre députée Sophie Dessus n'était pas présente, par contre certains de ses collègues de Dordogne et de Charente, oui, cela démontre encore une fois combien nous avons encore du chemin à faire ... 

vendredi 15 mars 2013

"En Limousin, la Golden est un mauvais choix agronomique" France Info


GOLDEN DÉGAGE

Entendre cette sentence que je serine à longueur de ce blog depuis maintenant 4 ans, donc entendre "la Golden est un mauvais choix agronomique en Limousin" sur les ondes d'une radio publique nationale à l'heure de plus grande écoute est un petit bonheur matinal!! (texte ici qui reprend les arguments : golden du limousin pas adaptée au climat)

Car combien étions nous, bien peu, à essayer de faire passer le message de 'danger' concernant la pomiculture qui ici, a envahi et pollué notre air, notre eau, nos magnifiques paysages.

Bien peu donc et surtout pas les Pouvoirs Publics qui encore font la sourde oreille, les élus à tous les niveaux qui se mettent légèrement en mouvement après avoir donné force subventions à la filière sans états d'âme!

Une pétition lancée par l'association Générations futures, relayée localement par Allassac ONGF auprès des médecins du limousin et signée par 85 d'entre eux fait donc le buzz aujourd'hui et est repris en leit motiv sur France Info avec de nombreux témoignages.

Deux médecins d'Allassac ont signé cet appel ainsi que des médecins d'Ussac, Lubersac,Tulle, Brive et Chamboulive (voir le texte et la liste sur france 3 limousin) des pionniers ...

Bien sur tout cela nous le savions, la dangerosité des produits utilisés pour la quarantaine de traitements, pour les agriculteurs, le personnel employé et souvent mal exposé, les riverains et au-delà les populations environnantes, on peut dire que le corps médical lui aussi a mis longtemps à se manifester mais soyons bon prince mieux vaut tard que jamais.
 la destruction des paysages 



 Ce week end des amis sont venus nous voir et nous sommes allés faire une ballade à pied jusqu'au Trois Villages lorsque tout d'un coup l'un d'entre eux assène
 "mais comment avez vous pu accepter une telle destruction de vos paysages, c'est tout simplement incroyable" 
La honte que nous avions, de voir qu'effectivement nous avons tous collectivement accepté que quelques uns détruisent ce qui est notre bien collectif.
Et pourtant combien ont été critiqués ceux qui ont essayé de faire bouger les choses combien encore ici le poids de certaines comportements hobereaux perdurent...



Travailler avec les pesticides aussi ???

Cet endroit que j'aime beaucoup miracle au milieu des plantations, jusqu'à quand...


je repose une question si quelqu'un peut m'éclairer : pourquoi ne pas se tourner vers la Sainte Germaine qui est une pomme absolument délicieuse si loin de l'insipide Golden

et puis finissons par la sentence d'un copain " l'agriculture à partir du moment où elle a adopté un comportement capitalistique a cessé d'être un moyen de nourrir les gens pour devenir un moyen de "gagner de l'argent!"
CQFD



vendredi 8 mars 2013

Réfection du toit du foyer culturel-salle des fêtes d'Allassac

Gros chantier au centre d'Allassac 

 L'ancienne mairie qui fait office de Foyer Culturel à l'étage et de salle des fêtes au rez de chaussée est en réfection concernant sa toiture.

Celle-ci était en pierres d'ardoise d'Allassac et vu que nous sommes dans le périmètre classé autour de l'église, la nouvelle couverture sera elle-aussi, bien évidemment en ardoise.
Mais là je pose la question : ardoises d'Allassac ou de Travassac ?
réponse de Jean Louis Lascaux  ; ALLASSAC of course




Je suis allée voir sur les bacs d'ardoise, cette étiquette 
"de Travassac à Allassac, ARDOISIÈRES DE CORRÈZE" 
La domiciliation de la société est à Travassac.

Les ardoises sont classées suivant leur taille comme on peut le voir le long du mur




puis sur le plan de travail du milieu elles sont taillées ...

et à nouveau classées.


L'entreprise de couverture est une entreprise locale puisqu'il s'agit de Patrick Vialle, qui sauf erreur est Compagnon.
La pose des ardoises de "Corrèze" demande un savoir faire très spécifique.


Coté salle des fêtes, le chantier n'est pas encore ouvert, un arrêté municipal indique 4 mois de durée prévisible.




les ardoises bien barricadées attendent leur tour pour être travaillées et posées.


Ma petite oeuvre d'art,
les outils du couvreur...d'ardoises d'ALLASSAC, of course!



COMPTE RENDU Conseil Municipal du 7 juin 2012
FOYER CULTUREL
 Subvention de Mme BOURZAI, Sénatrice
M. Henri PEYRAT informe l’assemblé que Mme Bernadette BOURZAI, Sénatrice de la Corrèze,
attribue à la commune une subvention sur sa réserve parlementaire de 10 000 € pour les travaux de
réfection de la charpente et toiture du Foyer Culturel.
Un courrier de remerciements lui a été adressé.

COMPTE RENDU Conseil Municipal du 5 avril 2012
FOYER CULTUREL
 Dans le cadre des travaux de Bâtiment, des travaux de rénovation de la charpente et de la toiture du
Foyer Culturel sont prévus pour un montant de 152 430 € TTC. En complément de ces travaux, il est
nécessaire de procéder à l’isolation des combles.
Le montant de ces travaux s’élève à 30 000.00 € HT soit 35 880.00 € TTC.
 Une subvention à hauteur de 40 % soit 12 000,00 € peut être obtenue auprès du Conseil Général.
Entendu l’exposé et après en avoir délibéré, le Conseil Municipal, à l’unanimité, décide de solliciter
du Conseil Général une subvention à hauteur de 40 % du prix H.T.