samedi 25 mars 2017

Ces verrues qui empoisonnent la vie des habitants

et enlaidissent notre centre


Longtemps quelques maisons sur la place particulièrement coté place Allègre enlaidissaient le centre bourg puis sur l'action de la municipalité d'aprés ce que m'avait dit l'un des héritiers de ces maisons elles ont été petit à petit rénovées (Je vous avais parlé de l'une d'entre elles ici) 

💢💢💢💢
J'avais aussi évoqué il y a quelques années la maison de la famille de mon père que l'acquéreur avait laissé se dégrader : voici en trois étapes les photos

avant

en avril 2011
5 mars 2017
Sans doute sur l'injonction de la municipalité la maison a été mise hors d'eau mais guère plus !

💢💢💢💢

Alertée par des habitants du quartier des Tours, je vous livre quelques photos d'une maison qui dans ce périmètre est un vrai danger public.
Lorsque l'on connait les exigences demandées lorsque votre maison appartient à un environnement historique on est perplexe devant cette situation.
Le dimanche 5 mars, c'était les Hauts de Hurlevent prés du manoir des Tours : vent, pluie, du plastic qui volait autour d'un toit, une porte qui n'arrêtait pas de claquer  SINISTRE.
J'ai compris l'inquiétude de tout un quartier qui a peur que quelque chose lui tombe sur la tête, que la maison soit squattée et qui ne mérite pas un tel environnement proche de  notre plus vieille rue d'Allassac la mythique rue de la Grande Fontaine où la plupart des maisons ont été rénovées.

Je conclurais par cette phrase qui ne s'applique pourtant pas dans ce cas précis 😉

Mais que fait la police ?











dimanche 5 mars 2017

GARAVET la plage d'ALLASSSAC, presque sous les eaux

Il pleut, il pleut et à Garavet le niveau de la belle Vézère flirte avec les rives

ça commence à déborder sérieux








des trombes d'eau déboulent de la digue complétement immergée

cette masse d'eau
étonnant la différence de lumière d'un coté à l'autre du pont à 5 mn d'intervalle






mercredi 15 février 2017

le petit pont d'Eyzac

J'aimais le petit pont d'Eyzac ...malheureusement, d’après les habitants, un camion de pommes l'a malencontreusement quelque peu malmené et les années passant il a fallu le rénover.

Il a maintenant, hélas, perdu de son charme d'antan.
Sans doute pour ces camions qui déboulent sur des routes absolument pas faites pour eux, on a mis cette signalisation pas très esthétique et qui fait tache dans le paysage

mais bon, business is business et on continue encore et encore ....


Après notre eau, notre air et nos paysages voila la destruction de nos ponts
Et la reconstruction payée par qui ?

Que ce coin était magnifique
Quelques semaines plus tard (le 27/02)  le bleu est devenu gris ... un peu plus discret

vendredi 13 janvier 2017

mercredi 11 janvier 2017

Big up au collège d'Allassac

Après avoir flirté avec les étoiles lors de la  liaison  parfaitement réussie avec l'astronaute Thomas Pesquet, voilà que le collège Mathilde Faucher va recevoir ce vendredi après midi la visite de la ministre de l'éducation Najat Vallaud-Belkacem. 
Ce collège a visiblement de bonnes ondes et sans doute une équipe très dynamique. 

samedi 31 décembre 2016

Bye bye la place d'Allassac


  Mon grand père livrait tous les matins les journaux aux quatre coins d'Allassac sur son vélo, activité qu'il adorait. Le voici devant "le" magasin comme nous l'appelions, certains de mes lecteurs retrouveront cette photo avec émotion.
Ma mère prit le relais avec son solex, maintenant elle raconte aux personnes qui l'aident lorsqu'elle se réveille genre 10 h qu'elle a toujours eu du mal à se lever le matin et que grâce à son solex arpentant les rues d'Allassac cela l'aidait à émerger, il était alors 6 h du mat.
Cet esclavage qui était un service gratuit pour les lecteurs était intrinsèquement rattaché à l'activité.


De marchand de journaux en marchand de journaux depuis 30 ans que ma mère a vendu la Maison de la Presse, il a perduré et puis sèchement il y a 15 jours un mot disant que la semaine suivante ce serait fini ...
Fini la lecture de la Montagne dés le lever car quand même feuilleter le papier journal n'a rien à voir avec regarder les nouvelles sur Internet et c'est une activité qui pour pas mal d'entre nous est circonscris à ici car en vacances ...

Cette nouvelle donc d’arrêt des livraisons s'est ajoutée à une autre qui là pour le coup m'a atterrée et qui est à l'encontre de beaucoup de mes convictions.

La présence d'un rayon presse à la Supérette dans la plaine,

je ne dirais que deux choses, lorsque l'on déplace l'activité d'un centre vers sa périphérie il ne faut pas se plaindre qu'il n'y ait plus personne en ville ...il y a quelques années on disait il y a deux commerces qui se vendent bien dans les cœurs des bourgs ce sont les pharmacies et les maisons de la presse ... suivez mon regard aucun des deux bientôt dans le centre d'Allassac.

lundi 17 octobre 2016

GARAVET, Plage d'ALLASSAC


Bonjour,

Allassacois l'été depuis toujours, je partage votre point de vue: la baignade de Garavet devrait revivre. Que de souvenir dans ce bel endroit. Autre chose que la piscine pour une baignade familiale ou entre copains.

Et pour ceux qui donnent toutes les raisons possibles pour dire que c'est impossible, voici le lien vers le site de la commune de Port d'Envaux au nord de Saintes en Charente Maritime où la baignade m'a toujours fait penser au Garavet de mon enfance.
http://www.portdenvaux.fr/?page_id=61
et n'hésitez pas à publier cette photo
http://www.portdenvaux.fr/wp-content/uploads/2011/05/16-08-2009-059.jpg
la voilà !! effectivement il y a de l'ambiance
  La baignade est connue de toute la région et attire nombre de voisins de la commune. Un jeune couple a repris l'activité de location de pédalos et propose aussi la location de bateaux à moteur électrique , et assure une buvette, des glaces régionales et des smoothies.

Un vieil hôtel restaurant en déserrance vient de repartir et des chambres d’hôtes avec vue sur la baignade sont de nouveaux disponibles .

Que d'activités possibles dépendent de la baignade et de la fréquentation du lieu."

Merci pour ce témoignage,  j'ai du mal à comprendre où est le problème
Pourquoi cette interdiction de baignade ?
Si j'en crois ce panneau la raison en serait les barrages en amont et non la pollution de l'eau.
Mais on parle d'iles et de bancs de gravier ne serait ce pas plutôt pour le Saillant or chaque fois que je passe l'été au Saillant, il y a du monde dans l'eau. 

En tous les cas, gamins, notre père qui avait eu les relevés de pollution nous interdisait de nous baigner ; de longues années plus tard (!), rien n'a changé et évolué c'est désespérant cette mise à l'écart de certains lieux alors que d'autres se développent et permettent une activité estivale dans les bourgs autour d'ALLASSAC. 
A la base c'est nous qui avions la chance d'avoir sur notre commune un lieu exceptionnel et pourtant maintenant c'est Objat, Vigeois, Chasteaux ... qui attirent locaux et touristes.

Je ne sais rien sur les projets de la municipalité concernant Garavet sinon ce que j'ai lu l'an passé dans la Montagne (ici) personne ne parle de pouvoir s'y baigner un jour, du coup c'est d'un triste et ça manque de souffle.
Je croyais qu'une école d'architecture parisienne travaillait sur le sujet.
 N'étant guère optimiste sur la suite des évènements mes photos s'en ressentent avec l'arrivée de l'automne !!

 




j'ai toujours trouvé cet appontement horrible




mercredi 5 octobre 2016

Ce joli puits sur la place d'Allassac

 Les maisons Marcou et Cessac forment un ensemble intéréssant avec le puits qui a longtemps été fleuri et qui, pour je ne sais quelle raison a été mis en jachère, mais le voilà qui a refleuri ...

 en jaune et mauve ces temps ci
alors qu'il a longtemps été en rouge

rouge et jaune




Dommage que les voitures qui sont souvent garées autour cachent la vue et la perspective




Car la vue sur les façades, sur la place Alègre, est l'une des plus jolies du centre d'Allassac.



+
il y eu un jet d'eau
magnifiques roses jaunes

ambiance plus triste mais égayée de rouge
une belle réalisation en pierre d'ardoise ... d'Allassac

mardi 27 septembre 2016

En 1939, tout un village lorrain BURLIONCOURT est venu, réfugié, vivre à ALLASSAC

Allassac et les réfugiés lorrains

"Dés les premiers jours de la guerre, Allassac reçoit des habitants de la commune de Burlioncourt (Moselle). Des logements sont réquisitionnés pour les réfugiés. Le maire de Burlioncourt , Monsieur Mollé est hébergé chez son collègue d'Allassac, Ferdinand Marcou." 
( Allassac en Bas limousin par JL Lascaux p145)

Ne souhaitant pas vivre sous le joug de l'occupation allemande et dans le cadre de l'évacuation des civils de toute la Moselle, ce village de Lorraine soit environ 150 habitants est venu, durant 4/5 années à Allassac (j'ai vu sur Copains d'avant qu'un monsieur de Burlioncourt dit avoir été à l'école maternelle d'Allassac de 1940 à 1945 )

carte postale de Burlioncourt pendant l'occupation 
"400 000 habitants et 71 villes et villages d’Alsace et de Lorraine sont évacués vers le sud-ouest de la France. Strasbourg est vidé de sa population en deux jours dès la déclaration de guerre ; à la fin du mois tous les habitants de la Moselle ont gagné la Charente et la Vienne. Partout les évacués peuvent compter sur de nombreux bénévoles ; dans chaque département des services des réfugiés voient le jour. La cohabitation n’est pas facile : les uns sont déracinés tandis que les autres se sentent « envahis » ; les tensions sont inévitables (elles sont religieuses et linguistiques entre Alsaciens et habitants du Sud-Ouest)" !!!!!!!!!!            L'exode, un drame oublié par Eric Alary

A l'est de Nancy et de Metz, Burlioncourt
Quand j'étais gamine, j'entendais toujours parler "des lorrains" l'une des plus proches amies de ma mère en avait épousé un et était partie vivre à Burlioncourt où son époux avait une propriété agricole.
Jusqu'à un age très avancé elle est revenue tous les ans à Allassac. 
De temps en temps ses enfants, lorrains, font à ma mère la surprise de venir la saluer : ils n'ont pas oublié leurs racines corréziennes.
Mon père dont la mère avait une boulangerie évoquait aussi les ouvriers lorrains qui travaillaient au fournil. En ce temps-là, d’après ce que j'ai entendu, on a accueilli ces réfugiés avec humanité.
Pourtant si l'on en croit les témoignages leur arrivée dans des départements pauvres n'a pas été facile.

C'est en lisant le livre de Jean Lebrun sur Coco Chanel que l'histoire de Burlioncourt et  d'Allassac dont j'avais parlée au début de ce blog m'est revenue. Coco Chanel avait acheté le château de Corbère-abères dans le Béarn : "la débâcle a déjà jeté à travers le canton la population de deux villages lorrains entiers"


Et les réfugiés syriens aujourd'hui ?

  • Ce qui se passe en Syrie est effarant, peuple millénaire et peuple martyrisé avec une population ayant avant la guerre des conditions de vie dignes.
De quel courage font preuve ces gens pour affronter l'horreur de l'exil dans de telles conditions ? Tout perdre, son pays, sa maison et souvent sa famille pour un voyage au bout de l'enfer.

Que ferions nous et surtout qu'espérerions nous dans de telles conditions ? Ceux qui refusent de les accueillir se croient immunisés contre une telle possibilité d'avenir et pourtant lorsqu'on regarde l'histoire, et celle de 39/40 n'est pas si ancienne, cela pourrait nous arriver aussi, tellement tout se précipite parfois.

Hier sur Radio France le témoignage de l'une de nos voisines de Dordogne, maire de Jumilhac le haut qui a reçu des familles syriennes dont l'une est restée expliquait avec beaucoup d'humanité et d'humilité comment la commune s'était fédérée autour de l'accueil de ces personnes.

A Bassac, en Charente, département qui a reçu beaucoup de lorrains, Sud Ouest nous rapporte comment par l'entremise d'une charte d'amitié les liens viennent d'être renforcés avec le village lorrain qui a été accueilli.

Nous avons récemment retrouvé une carte postale de Syrie de mon grand oncle, allassacois pur jus,  qui y était mobilisé (Syrie administrée par la France de 1920 à 1946), carte d'Alep disant qu'il espérait y amener sa femme et sa fille tellement le pays était magnifique et les gens gentils.
.
  • En septembre 2015, on pouvait lire dans la Montagne, 
"Le Conseil municipal, fidèle aux valeurs de la République dont la fraternité, décide d'accueillir deux ou trois familles de réfugiés de guerre. A l'issue du vote unanime, le maire a salué les conseillers municipaux et a rappelé l'accueil il y a 76 ans des réfugiés de la commune de Burliancourt.
D'ores et déjà des Allassacois se sont manifestés auprès du maire pour héberger, accueillir, accompagner des réfugiés. La paroisse est, elle aussi mobilisée. Un réseau local va donc se mettre en place et s'inscrire dans le schéma d'accueil des réfugiés prévu au niveau départemental.
« C'est une décision qui nous honore, explique Jean-Louis Lascaux. Il est important de dire qu'on est en capacité de tendre la main ».
Je ne sais pas où l'on en est, la carte des villes volontaires ne donnent qu'Uzerche et Tulle pour la Corrèze.